Tout sur le mal des transports

Celui qui n'est jamais le bienvenu

Pourquoi ses effets sont si dévastateurs

Quand il frappe, le mal des transports est désagréable pour vous et vos proches, perturbant les événements, vos projets et vos rêves de voyage. Devoir composer avec des symptômes tels que des nausées, des étourdissements, des vomissements ou des maux de tête peut être gênant pour la personne qui en souffre et inquiétant pour ceux qui voyagent avec elle. Les symptômes peuvent survenir en voiture, en train ou en avion – mais se présentent le plus souvent sur l’eau, lors d’un tour de bateau ou en croisière. Les femmes ont plus souvent le mal des transports que les hommes. Il affecte davantage les femmes durant leurs règles1 ou la grossesse.

1 The Pharmacologic Management of Motion Sickness. Lust K et al. US Pharm 2015;30(12):34-38

 

Ce qui se produit réellement

Le mal des transports affecte de nombreux voyageurs. Le mouvement continu, lent et prolongé des bateaux et des véhicules augmente l’activité des fibres nerveuses de l’oreille interne, qui font partie du mécanisme d’équilibre du corps. Quoiqu’il n’y ait pas d’explication universellement acceptée sur les raisons pour lesquelles certaines personnes sont affectées par le mal des transports, une opinion généralement admise serait qu’il provient d’un décalage entre les signaux sensoriels – c’est-à-dire que le mouvement que vous percevez visuellement ne correspond pas au mouvement détecté par le cerveau.1

1 Managing motion sickness. Murdin L et al. BMJ 2011;343:1-7. -The Pharmacologic Management of Motion Sickness. Lust K et al. US Pharm 2015;30(12):34-38

 

 

Symptômes et gestion

Un léger mal des transports peut causer un peu d’inconfort et de légères nausées. La fatigue, la somnolence et l’irritabilité peuvent également survenir. Vous pourriez vous sentir anxieux, transpirer ou saliver abondamment, devenir pâle et avoir la nausée, vomir ou avoir des hauts-le-cœur persistants.1

Les symptômes s’apaisent normalement lorsque le mouvement s’arrête mais peuvent se poursuivre jusqu’à 3 jours avant de disparaître complètement. Les complications les plus courantes du mal des transports sont la déshydratation, l’anxiété et la dépression.2

Les symptômes disparaissent habituellement lorsque le cerveau s’adapte au nouveau type de mouvement – mais le plus souvent, les voyageurs ont recours à diverses sources de soulagement, telles que les médicaments éprouvés sous forme de timbres, de gels, de comprimés ou de suppositoires. Certains essaient des méthodes alternatives comme les bracelets contre le mal des transports et l’acupression, divers remèdes homéopathiques, ou encore la menthe poivrée ou le gingembre naturels, etc. Parlez à votre médecin ou votre pharmacien à propos de la solution qui vous conviendrait le mieux.

 

1 Prevention and treatment of motion sickness. Brainard A et al. Am Fam Physician 2014;90(1):41-46
2 Motion Sickness treatment & Management. Brainard A et al. Medscape updated Mar 23, 2016

En bateau

Quelques conseils

Réservez votre cabine à l’avant ou au milieu d’un navire de croisière, près du niveau de l’eau.1 Restez régulièrement sur le pont à l’air frais, où vous pouvez regarder l’horizon. Certaines études ont démontré qu’une respiration contrôlée ou l’écoute de musique peuvent également aider.2

 

1 Motion sickness: First Aid. Mayo Clinic. 10 Oct 2014
2 Prevention and treatment of motion sickness. Brainard A et al. Am Fam Physician 2014;90(1):41-46

En avion

Quelques conseils

Réservez votre place au-dessus d’une aile et côté hublot, où vous pourrez voir au loin

 

 

 

En voiture

Quelques conseils

Idéalement, conduisez ou asseyez-vous à la place du passager à l’avant. Sinon, faites comme si vous ‘conduisiez’ afin de maintenir votre regard en direction de l’horizon stable, plutôt que vers le côté de la route en déplacement rapide. Aussi, laissez une fenêtre ouverte

En train

Quelques conseils

Évitez les sièges qui font face à l’arrière du train et asseyez-vous au niveau le plus bas à côté d’une fenêtre où vous pourrez clairement voir l’horizon.

Dans tout moyen de transport, il est préférable d’éviter de lire, et de fermer les yeux lorsque vous ne pouvez pas regarder l’horizon.